Sélectionner une page

Imaginez que vous tombiez et que vous vous cassiez le bras. Votre conscient va vouloir guérir au plus vite ! Votre inconscient donc va activer votre pouvoir d’auto-guérison pour réparer votre fracture en quelques semaines.

Quels sont les intérêts que vous guérissiez ? Arrêter de souffrir déjà ! Ensuite, pouvoir de nouveau porter votre enfant, serrer dans vos bras l’être aimé, retrouver les joies de la douche en toute autonomie ! Et puis conduire peut-être, cuisiner, promener votre chien, reprendre votre activité professionnelle… La liste est longue de tous les avantages à récupérer rapidement votre intégrité physique.

Cependant, dès lors qu’il s’agit d’émotions, de douleurs morales, de douleurs physiques installées sur le tong terme, beaucoup d’entre nous s’attendent (voire exigent) à une guérison spontanée qui viendrait de l’extérieur : médecin, thérapeute, guérisseur, coach, et autres spécialistes. Comme s’ils possédaient une baguette magique, et que miracle, hop, d’un geste savamment chorégraphié, toute souffrance disparaissait à jamais !

Les blessures du cœur nécessitent tout autant que les blessures du corps que vous ayez la volonté, le profond désir de vous en libérer. L’expérience vécue est un merveilleux cadeau qui nous est donné pour découvrir et comprendre nos mécanismes limitant, nos croyances erronées, ces peurs qui nous brident, en nous offrant la possibilité de les transmuter pour nous en affranchir.

Le guérisseur transmet le soin, comme le médecin applique le plâtre pour protéger le bras, l’immobilisation facilitant la consolidation de la fracture. Mais il ne guérit pas. C’est vous et vous seul, qui guérissez. Ce n’est pas toujours instantané. Cela peut vous prendre quelques jours, voire plusieurs semaines pendant lesquelles la douleur persiste.

Ces émotions inscrites dans votre corps provoquant : violents maux de dos, douleurs articulaires, exéma, fibromyalgie, ulcères à l’estomac, par exemple, remontent à la surface pour être observées, comprises et libérées en conscience, pour que la leçon soit apprise. Le but étant de vous inciter à changer de paradigme, de système de fonctionnement, pour que vous vous autorisiez encore plus de respect, de reconnaissance, d’amour pour vous-même, semant dans votre cœur plus de joie, de lumière et de paix.

Se présente alors à vous la possibilité de libérer ce passé sclérosant ou de continuer à le nourrir. Souhaitez-vous laissez partir cette rage, cette colère, cette tristesse, cette peur, ce dégoût, ce déni {…} engrammée(s) dans votre corps souffrant ? Ou préférez-vous la(les) garder encore un peu ? Parce que peut-être que quelque part en vous se cache un bénéfice secondaire, un petit quelque chose qui vous rassure, une façon d’être qui vous convient.

Il n’y a pas de jugement : chacun de nous trace son chemin avec son lot de petits cailloux, d’ornières, de montagnes à gravir, de rivières à traverser, de hauts plateaux ensoleillés, de bains de mer et de grosses tempêtes. Chacun de nous avance à son rythme, portant des valises plus ou moins lourdes, avec aux pieds, des chaussures parfois devenues trop petites qu’il faut changer.
Le guérisseur transmet l’énergie pour impulser la guérison, vous soutenir, vous aider à puiser dans vos propres ressources, libérer vos potentiels, mais quoi qu’il arrive, vous avez toujours le dernier mot ! Et en cela la vie est merveilleuse ! Elle vous laisse toujours le choix !

Au plaisir de croiser votre route !